Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

close

Eminem

Né à St.
Joseph (Missouri) le 17 octobre 1972, et bien vite abandonné par son père Marshall Bruce Mathers II, Marshall 3ème du nom passe son enfance entre St.
Joseph et Warren, une banlieue sordide de Detroit.
Il se lie rapidement d'amitié avec Proof, membre fondateur du collectif de rappeurs D12.
Dans des quartiers où il est bien souvent le seul blanc et uniquement armé de sa bouche pour répondre aux agressions auxquelles il doit régulièrement faire face, il arrive bientôt à canaliser sa violence intérieure avec les mots.
Et après des essais plutôt précoces (dès l'âge de 13 ans), il sort Infinite (1996), un premier album faisant office de démonstration, qui se fait remarquer dans les circuits indépendants.
Même si son style n'est pas véritablement affirmé et est encore marqué par l'influence de Nas ou AZ, il veut montrer à tout le monde la direction qu'il souhaite prendre dans cette industrie musicale.
Son attitude est déjà bien plus reconnaissable sur The Slim Shady EP, sur lequel les textes sont également plus sombres.
Les critiques sont cependant totalement perdus avec ce rappeur original et irrespectueux, aux textes remplis d'humour et, qui plus est, blanc.
Dr.
Dre le découvre sur l'émission radio californienne The Wake Up Show, Eminem y apparaissant chaque semaine pour des parties improvisées restées légendaires, et le signe immédiatement sur son label Aftermath Entertainment (distribué par Interscope Records).
Il y sort The Slim Shady LP en 1999.
L'album connaît instantanément un succès énorme, ce qui entraîne des controverses sur la nature même des textes qui ne sont pas aussi inoffensifs qu'il y paraît.
«My Name Is» devient l'un des morceaux les plus populaires de cette année.
Les polémiques sont d'autant plus vives à propos de l'album suivant, The Marshall Mathers LP(2000), avec un premier single «The Real Slim Shady» qui s'en prend à quelques stars du moment, comme Christina Aguilera ou Fred Durst (Limp Bizkit).
Le vent de provocation souffle toujours à plein volume dans les textes d'Eminem, même si l'album se veut plus introspectif, le rappeur essayant d'épancher ses blessures personnelles et mêlant ses problèmes affectifs, impliquant sa femme Kim ou sa mère, à des fictions sordides empreintes de violence.
Il y apparaît aussi plutôt distant et sarcastique quant à sa condition de machine à tubes, sa maison de disques lui faisant bien comprendre qu'il doit toujours vendre davantage de disques.
Les ligues de défense des homosexuels s'en prennent violemment à lui, offusquées des propos tenus par le rappeur qu'elles jugent homophobe, demandant le boycott de la cérémonie des Grammy Awards de 2001, manoeuvre d'autant plus inutile qu' Eminem y joue le morceau «Stan», en duo avec Elton John, lequel chante le refrain.
Cela ne se résout pas toujours aussi simplement avec les autres artistes qu'il dépeint très férocement dans ses textes.
Il n'hésite pas à en servir plusieurs couches via l'intermédiaire de DJ Green Lantern, DJ officiel attitré de Mathers jusqu'à ce qu'un différend entre 50 Cent et Jadakiss le force à quitter Shady Records, le voyant remplacé par le talentueux producteur The Alchemist.
Sur la série de «mix tapes» du DJ intitulée Invasion!, Eminem y lâche toute sa verve à propos de ses principaux adversaires microphoniques, tels que Ja Rule ou bien Benzino, l'un des fondateurs du magazine The Source, qui a toujours critiqué très sévèrement le rappeur.
Les drogues sont également un autre de ses sujets de prédilection.
Sur «I'm Shady» extrait du premier album, il explique que les substances chimiques ou d'origines plus naturelles ne lui sont pas étrangères, mais qu'il ne prend pas de drogues dures.
Mais si« Just Don't Give a Fuck» peut laisser suggérer le contraire, il doit de toute façon couper court à tout usage, suite à une mise à l'épreuve de deux ans qui prend effet en 2001.
Il aura cependant eu le temps de célébrer son amour des cachets sur «Purple Pills», renommé «Purple Hills» pour la version radio délestée de ses passages les plus vulgaires, en compagnie de ses camarades de D12 sur l'album Devil's Night.
Les différents membres du groupe bénéficient alors de la notoriété de leur leader pour se faire un nom, et apparaissent sur chacun de ses albums solo par la suite.
L'âme du collectif et véritable maître à penser pour Eminem s'éteindra le 11 avril 2006, Proof étant tué d'une balle dans la tête, à Detroit.
Ces ventes multi-platines permettent à Eminem et son manager souvent discuté Paul Rosenberg de lancer Shady Records à la fin de l'année 2000, sous la bannière Interscope.
Il signe tout d'abord D12 et Obie Trice, puis 50 Cent en 2002, et Stat Quo en 2003, sous le label commun formé par le sien (Shady) et celui de Dr.
Dre (Aftermath Entertainment).
Il en profite pour prendre les fonctions de producteur exécutif sur les albums de ses protégés, voire devenir producteur tout court sur les albums des autres comme avec Renegade de Jay-Z ou encore The Crossde Nas, ou sur les siens, Encoreétant co-produit avec Dr.
Dre.
Il est également producteur exécutif d'un nouvel album posthume de 2Pac, Loyal to the Game (2004), projet sur lequel il n'hésite pas à ralentir la voix du rappeur afin que Tupac puisse dire «2005» ou encore «G-Unit».
Il semble se calmer quelque peu avec son troisième album, The Eminem Show, même si le premier extrait «Without Me» s'en prend à ses cibles favorites: Limp Bizkit ou encore Moby.
C'est cette même année qu'il débute sa carrière d'acteur dans 8 Mile, qui sort en novembre 2002.
Le film, sans être foncièrement autobiographique, s'inspire largement de son vécu.
Le morceau «Lose Yourself» présent sur la bande originale remporte un Oscar en 2003, mais Eminem choisit de ne pas l'interpréter sur le plateau d'ABC, la chaîne refusant de diffuser une version non censurée du titre.
Mathers est également doué dans les rôles animés, notamment avec le Slim Shady Show diffusé à l'origine sur le web, avant de paraître en DVD.
Il a également monté la compagnie Interscope/Shady/Aftermath Films, avec Dr.
Dre, à l'origine du film de 50 Cent Get Rich or Die Tryin', ou du prochain long-métrage d'Eminem (Have Gun - Will Travel), dans lequel il joue un chasseur de primes nommé Paladin.
Encore, sorti en 2004, remporte une fois de plus un gigantesque succès.
Le premier morceau «Just Lose It» se moque de Michael Jackson, notamment de ses opérations de chirurgie plastique et des procès en cours au sujet d'abus présumés sur de jeunes enfants.
Le chanteur réagit très mal aux attaques et appelle l'émission de radio de Steve Harvey une semaine après la diffusion de la vidéo du morceau, le 12 octobre 2004, au cours de laquelle de nombreux fans le défendent.
Eminem a dû beaucoup rire du chaos qu'il a généré.
Une situation d'autant plus étonnante qu'il avait empêché l'année précédente le célèbre chanteur parodique Weird Al' Yankovic de réaliser une vidéo de «Couch Potato» (parodie de «Lose Yourself») qui apparaissait sur son album Poodle Hat, sous prétexte que cela pourrait nuire à son image.
Un autre morceau, «Mosh», se veut beaucoup plus critique, et vise cette fois-ci le gouvernement, avec une vidéo animée mettant en scène un Mathers revendicateur levant une armée de mécontents en direction de la Maison Blanche, et diffusée dès le 26 octobre.
La vidéo se termine par un message incitant les Américains à voter le 2 novembre.
La fin est vite changée suite à la victoire de George W.
Bush.
Après un album de compilation sorti le 6 décembre 2005,Curtain Call: The Hits, beaucoup comprennent que le rappeur tire sa révérence.
Surtout à l'écoute du morceau «When I'm Gone» décrivant les relations tumultueuses entre Mathers et son alter-ego destructeur Slim Shady.
Mais personne ne connaît véritablement le futur du rappeur, Eminem sortant Eminem Presents the Re-Up le 5 décembre 2006, véhicule promotionnel pour les nouveaux artistes de son label, tels que Stat Quo ou Bobby Creekwater, et collaborant avec Akon sur «Smack That».
En mai 2009, six ans après son dernier opus studio, paraît Relapse, album produit par Dr.
Dre et retraçant par le menu le parcours d'Eminem en cure de désintoxication.
Renouant avec l'efficacité coutumière du rappeur, toujours aussi mordant envers ses contemporains, il contient le hit (avec Dr.
Dre et 50 Cent).
En février 2010, la réédition enrichie Relapse - Refill sort au lendemain d'une soirée de Grammy Awards récompensant le titre « Crack a Bottle » et Relapse (Meilleur album rap).
Décidément prolifique, Eminem a suffisamment de matière pour remplacer le projet initialement prévu Relapse 2 par un nouvel album aux rimes percutantes dont il a le secret.
Recovery, septième album studio du rappeur intropsectif, accueille une pléiadede collaborateurs parmi lesquels son homologue Lil Wayne (« No Love ») et leschanteuses Rihanna (« Love the Way You Lie ») et Pink («Won't Back Down»), ainsi qu'une ribambelle de producteurs incluant le fidèle Dr.
Dre, Just Blaze, Denaun Porter, Havoc et DJKhalil.
Eminem ne relâche toujours pas la pression, au contraire il réactive en 2011 son duo Bad Meets Evil avec Royce Da 5'9".
Leur album Hell: The Sequel vaut un nouveau numéro un aux Etats-Unis à un artiste qui ne cesse de battre des records.
En devenant disques de diamant, The Eminem Show et The Marshall Mathers LP en font le premier rappeur à posséder deux albums ayant dépassés les dix millions d'exemplaires vendus.
Eminem souffle un peu avant de délivrer en novembre 2013 The Marshall Mathers LP 2.
Cette suite de la saga est produite par Dr.
Dre et Rick Rubin, avec les apparitions de Rihanna sur « The Monster » ou de Kendrick Lamar.

all-rights-reserved

Morceaux populaires

The Monster

1066

Here With Me (Remix)

248

Love The Way You Lie

237

Without Me

174

The Real Slim Shady

144

Lose Yourself

130

My Name Is

127

Billion Bucks (Album Version (Explicit))

102

My Band

101

Welcome To Detroit

99

Can't C Me

92

Just Lose It

89

We Made You

89