Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

close

Important Information


A compter du 1er janvier 2020, Radionomy migrera vers la plateforme Shoutcast. Cette évolution s’inscrit dans la volonté du groupe de proposer à tous les producteurs de radios digitales de nouveaux outils professionnels pour mieux répondre à leur attente.

Shoutcast est depuis longtemps le leader mondial de la radio numérique. Il fournit des statistiques détaillées, et aide ses utilisateurs à développer leur audience. Plus d’un millier de partenaires relaient les stations de Shoutcast sur leurs applications et appareils connectés.

Découvrez la solution Shoutcast.

The Cult

Le groupe formé en 1981 à Bradford (Yorkshire) par Ian Astbury (chant) se dénomme d'abord Southern Death Cult.
Orienté sur une new wave d'époque, Southern Death Cult a le temps de tourner dans toute l'Angleterre avant de disparaître.
L'arrivé en 1983 de Billy Duffy (guitare) transforme le groupe en Death Cult.
L'orientation gothique d'alors est tempérée par l'adoption, en janvier 1984, du nom The Cult, jugé plus neutre.
The Cult pratique alors un rock énergique, aux parfums new wave et gothique toujours présents.
Dreamtime sort en 1984, l'album reçoit d'emblée un accueil encourageant, le simple « Spiritwalker»est n° 1 des ventes indépendantes et l'album n° 21 au plan national.
Ce premier succès est vite transformé avec la sortie de Love en 1985.
Emmené par « She Sells Sanctuary », Love devient un album culte du moment et se classe N° 3 en Angleterre.
La planète commence à être contaminée par le son de The Cult, Electric en 1987 effectue une percée significative aux Etats-Unis (N° 38 au Billboard).
En pleine explosion grunge, The Cult durcit son répertoire avec Sonic Temple (1989).
Il est d'ailleurs croustillant de relever qu'un des morceaux de Love a pour titre « Nirvana » ...N'empêche, The Cult pratique désormais un néo hard rock, gonflé par des influences mystiques pas toujours limpides.
Avec Ceremony en 1991, The Cult se réduit au duo Ian Astbury/Billy Duffy, épaulé par des invités de marque comme le permet leur succès d'alors.
Si Ceremony permet de maintenir les ventes à un bon niveau, le manque d'inspiration déçoit quelque peu les fans.
The Cult, sous-titré Black Sheep, sort en 1994 et amorce cette fois un vrai déclin.
The Cult cesse d'exister au printemps 1995, Ian Astbury formant les éphémères Holy Barbarians et s'essayant à une peu fructueuse carrière solo.
Compilations et sorties d'enregistrement en public, prennent alors le pas sur une vraie actualité pour The Cult.
La réunion du groupe en 1999 pour des concerts, finit par donner lieu à l'enregistrement du décevant Beyond Good and Evil, qui sort en 2001.
Devant le plantage de Beyond Good and Evil, The Cult se sépare à nouveau en 2002.
Ian Astbury accède alors à l'un des ses fantasmes, en devenant Jim Morrison à la place de Jim Morrison, dans The Doors (du XXIème siècle) partiellement reformés autour de Robbie Krieger et Ray Manzarek.
The Cult se reforme à nouveau en 2006 pour une série de concerts avec le bassiste Chris Wyse.
La sortie de Born Into This vient parachever cette réunion en 2007.
Malgré des qualités artistique retrouvées, Born Into This ne retrouve pas le niveau des ventes d'antan.
The Cult donne à nouveau des concerts en 2008 et 2009, notamment en première partie de The Who, et enregistre de nouveaux titres pour les EP Capsule 1 et Capsule 2.
Dans la foulée, le groupe nouvellement signé sur le label Cooking Vinyl fait appel à son producteur historique Bob Rock pour la conception de son neuvième album enregistré entre New York et Los Angeles.
Livré en mai 2012, Choice of Weapon ne déroge pas à la formule qui a fait la fortune de The Cult et abrite notamment le nouveau simple « For the Animals ».

all-rights-reserved

Morceaux populaires

She Sells Sanctuary

156

Illuminated

75

She Sells Sanctuary

10