Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

close

Roberto Fonseca

Né en 1975 à La Havane et éduqué dans un environnement musical, Roberto Fonseca apprend à jouer des percussions dès le plus jeune âge avant de se mettre au piano à huit ans.
Batteur dans un groupe de reprise des Beatles et attiré par le jazz et la soul, il choisit finalement de suivre les traces de Keith Jarrett et Herbie Hancock.
À 15 ans, il est la révélation du festival Jazz Plaza à La Havane, où il joue ses premières compositions fraîchement terminées.
Sitôt ses études de piano achevées, le pianiste cubain entame un nouveau cycle à l'Instituto Superior de Arte (ISA), où il approfondit la composition musicale.
En 1996, Roberto Fonseca met ses connaissances en pratique lors d'une tournée italienne en accompagnement du chanteur Augusto Enriquez, qu'il produit en 1999.
En 1997, la rencontre du saxophoniste Javier Zalba, souffleur au sein d'Irakere et de Cubanismo, s'avère décisive.
Elle débouche sur la formation du groupe Temperamento et l'enregistrement d'En El Comienzo, sacré meilleur album de jazz cubain en 1999.
Roberto Fonseca montre ensuite l'étendue de sa gamme dans les albums en solo Tiene Que Ver (1999) et Elengo (2001), parfumés de rythmes cubains, de hip-hop et d'electro drum'n'bass.
L'année 2001 est consacrée à une tournée avec le Buena Vista Social Club et à l'enregistrement au Japon de l'album No Limit: Afro Cuban Jazz.
Considéré comme un virtuose du clavier et des rythmes latins, Fonseca fait le tour des salles prestigieuses comme le Palais des Congrès à Paris, le Royal Albert Hall à Londres ou le Beacon Theater à New York.
En 2005, il se lance dans la composition de Zamazu, cocktail musical à base de musique classique, de jazz et d'airs traditionnels cubains.
L'album est salué comme une référence du genre et l'un de ses titres, « Llego Cachaito », est sélectionné pour le film Hancock, avec Will Smith.
Le Cubain signé par le label Enja poursuit dans cette voie avec l'album studio Akokan (2009) et un grand Live In Marciac, assorti d'un DVD à l'automne 2010.
Au printemps 2012, le pianiste cubain est de retour sous un nouveau label, Jazz Village (Harmonia Mundi), dont l'album Yo constitue l'une des premières sorties.
Véritable festin multiculturel, Yo brasse de multiples influences cubaines, africaines (avec Fatoumata Diawara et Baba Sissoko) ou européennes (par la présence du chanteur Faudel, du rappeur Mike Ladd et du producteur Gilles Peterson).
La tournée qui suit emmène Roberto Fonseca et Fatoumata Diawara sur la même scène, notamment au festival de Marciac où est capté la matière de l'album At Home : Live in Marciac, paru en 2015.
Cette même année, le duo fait à nouveau équipe lors d'une nouvelle tournée d'été.

all-rights-reserved

Morceaux populaires