Cookies help us deliver our services. By using our services, you agree to our use of cookies.

close
Poison

Poison

En 1983,Bret Michaels (chant), Matt Smith (guitare), Bobby Dall (basse), et Rikki Rockett (batterie) forment un combo appelé Spectres à Mechanicsburg (Pennsylvanie). Le groupe se spécialise dans les reprises et hante les bars de sa région d'origine. Les quatre musiciens partent pour Los Angeles (Californie) en mars 1984 et deviennent Paris puis Poison. Le guitariste Matt Smith décide de ne pas poursuivre l'expérience et est remplacé par C.C. DeVille.Signé par le label indépendant Enigma Records en 1986, Poison transforme son premier essai en véritable triomphe. Look What the Cat Dragged In devient à la surprise générale numéro trois des ventes aux Etats-Unis et comporte deux titres classés dans le top vingt. Il faut dire que le glam metal de Poison qui fait la part belle à des looks chatoyants obtient vite le soutien de MTV, ravi de diffuser ses vidéos. Ce succès initial est vite suivi en 1988 par Open Up and Say...Aah! qui est numéro deux aux Etats-Unis et étend leur popularité de l'Australie à l'Angleterre. Les guitares sèches de la ballade«Every Rose Has Its Thorn » propulsent le titre en tête du Billboard. Poison passe alors vite du statut de groupe de première partie de David Lee Roth à celui de tête d'affiche.A l'instar de Guns N' Roses, Poison se fait aussi remarquer par divers scandales et perpétue joyeusement les traditions des groupes de rock en tournée. Rien ne semble alors devoir arrêter Poison qui est numéro deux américain en 1990 avec Flesh & Blood, avec une nouvelle fois deux titres qui entrent dans le top cinq. Cet été là, Poison partage l'affiche du festival de Donington's Monsters of Rock avec Aerosmith, Whitesnake, Quireboys, et Thunder. L'Angleterre est d'ailleurs le principal bastion européen d'un groupe qui voit plus de cinquante pour cent de ses ventes s'effectuer aux Etats-Unis.La vie en tournée et ses excès constants épuisent vite Poison, Bret Michaels et C.C. DeVille en viennent à se défier physiquement sur fond d'addiction à la cocaïne du guitariste parfois incapable de jouer. C.C. DeVille est finalement remplacé par Richie Kotzen qui officie sur Native Tongue en 1993. Poison tente un changement de style, jouant un hard rock plus classique aux influences blues rock mais le public ne suit pas. Richie Kotzen ne fait pas long feu et est remplacé par Blues Saraceno.Début 1994, Poison commence l'enregistrement de Crack a Smile. Les sessions s'arrêtent en mai 1994 à cause d'un accident de voiture dont est victime Bret Michaels. Blues Saraceno cède ensuite sa place au revenant C.C. DeVille en 1996 sans que le futur de Poison soit clairement éclairci. Finalement il faut attendre 2000 pour voir sortir Crack a Smile...and More!, soit Crack a Smile augmenté d'inédits et de titres en public. Les temps ont changé et Poisonn'intéressedésormais plus grand monde, d'autant qu'il a l'abominable idée de sortir la même année Power to the People qui mélange nouveaux titres et enregistrements live. Là aussi ce format bâtard est boudé par les fans.Hollyweird en 2002 marque le vrai retour de Poison. Malgré une bonne qualité d'ensemble, Hollyweird ne réveille pas les aficionados et n'entre pas dans les cent meilleures ventes du Billboard. Le groupe retrouve enfin le succès en 2007 avec Poison'd!, composé de reprises de Kiss, Grand Funk Railroad, Alice Cooper (mais pas le titre«Poison » pourtant réclamé par les fans) ou Justin Timberlake. Poison entend célébrer ses vingt-cinq ans de carrière en 2011 par une tournée avec Mötley Crüe et The New York Dolls.

all-rights-reserved

Radio stations playing it

HardRock80

HardRock80

Metal Roots

Metal Roots

Albums

Hot tracks